Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pas de troisième médaille encore une fois

Verdict de la Transléonarde, édition 2019: Tout d'abord, un ami m'avait briffé comme personne sur cette course, en m'indiquant toutes les difficultés, particularités, comment la gérer. Le voir ce matin au retrait des dossards m'a motivé et rassuré.

Je savais pertinemment que cette course serait un test, voir si je pouvais tenir la distance mythique malgré un syndrôme de l'essuie-glace toujours dans l'ombre, mais toujours là.

Le départ:

Que dire? du jamais vu :D

Aucune arche de départ présente et pourtant nous sommes au bon endroit, l'animateur est là, parle, explique, nous fait une frayeur (barrière horaire annoncée à 20 kms en 2 heures..ouh, c'est court!!… en vrai, c'était 2h30 :D).

Une personne, plus courageuse que moi donc, a donc été demandé où était clairement le départ. Nous avons eu droit à une réponse, comment dire, inattendue? Imprévisible? En tout cas qui fait sourire et détend :D Alors l'arche n'état pas là car lorsqu'ils ont essayé de la monter, le matin même après 8h (de source sûre :D), elle est tombée (les mots n'étaient pas les mêmes lol).

 

Donc départ à 9h00. Jusqu'à 4 kms, je me demande où est la mer ...comme un gosse… et enfin elle arrive, avec la petite brise qui va bien.

Très vite la pluie va aussi être de la partie malheureusement.

Tout se passe bien jusqu'au 7ème kilomètres. J'ai la chance de ne jamais souffrir d'ampoules, ou vraiment rarement et une petite. Je n'ai pas compris pour le coup, mais une chose est sûre, vers 7 kms, mon pied gauche a commencé à être méchamment brûlé. Là, je me dis, ouhh, je vais devoir en faire 35 dans cet état...je serre les dents et continue. Le pied droit en fait rapidement autant...pour quelqu'un qui n'a jamais d'ampoules...comprendra qui pourra...

Je dois vite ralentir le pas, mais çà tient, c'est douloureux, mais çà passe. 

Après un long passage en campagne, un peu ennuyeux, je sens le genou me titiller, légèrement mais sans plus. Il pleut, toujours, parfois çà se calme, mais çà reprend vite, chaque parcelle est trempée.

Arrive le ravitaillement du 24 ème km (les ravitos sont espacés étrangement sur cette course, plutôt en notre faveur). Je m'arrête, prends de l'eau, je repars et doit vite tourner pour reprendre un chemin côtier.

C'est là que tout s'est arrêté. D'un coup d'un seul, mon syndrôme de l'essuie-glace a souhaité se manifester et de la pire manière qu'il soit: directement, sans indice préalable et même marcher était douloureux.

Donc là, c'est le moment où tu vois le kilométrage et tu sais, tu sais que tu ne pourras plus repartir mais qu'en prime, marcher va être compliqué. 

Il pleut toujours et le paysage est beau.

Alors marchons, tant pis

C'est à partir de là que je vois les personnes me doubler, et de plus en plus en souffrance. Personnellement, je ne souffre pas, juste une jambe qui ne peut plus courir. Tous me disent allez courage. Je sais que je finirai pas, mais j'apprécie leur bienveillance, encore plus voyant pour certains dans quel état ils sont. L'un des derniers que je verrai, là où j'ai commencé à ne plus pouvoir utiliser ma jambe, mon dieu. J'aurai aimé l'aider, il était accompagné heureusement. En même temps, je crois qu'il avait tellement mal que je n'aurai guère pu faire grand-chose.

Je retiens cette dernière phrase après ce passage :

A votre avis, il faut prendre à gauche ou à droite? Faites tout l'inverse de ce que je pense madame monsieur :D J'ai déjà failli faire mauvaise route deux fois depuis le départ :D Et tous mes amis savent que je suis ce qu'i se fait de pire en termes de sens de l'orientation...

Bref un marathon non fini, une belle sortie malgré tout mais de moins en moins l'envie de penser que ma jambe finira par guérir. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Ludi_Fit&Run

Maman, salariée, runneuse expérimentale avec l'espoir de devenir une ultra-runneuse et une auteure à cette fin.
Voir le profil de Ludi_Fit&Run sur le portail Overblog

Commenter cet article