Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retour sur le marathon de Vannes 20ème édition

Après quelques désagréments la veille entre le train qui a été annulé, la nouvelle de devoir marcher le lendemain matin 30 minutes pour aller déposer mes affaires à l'arrivée avant de rejoindre le départ, le jour J est enfin arrivé.

8h30: arrivée à bon port pour un départ prévu à 9h35. Petit hic, j'ai du déposer mes affaires avant donc, et il fait froid, très froid et malgré le sac poubelle, je suis juste frigorifiée. Là, je me suis dit, même les premiers kms, çà risque d'être compliqué.

9h35 : c'est parti. Je suis le rythme des voisins m'étant positionnée à la fin du SAS 4h15. Gros soulagement, j'arrive relativement vite à me réchauffer. Le temps est propice: frais mais ensoleillé avec un très joli parcours en perspective, citadin en bord de mer avec une moitié de sentiers côtiers. 

Suite à mes dernières mésaventures et après conseils avisés, j'opte pour me faire violence et choisir de marcher un petit peu régulièrement. Par simplicité, je pars sur l'idée de marcher donc à chaque ravito, plus ou moins une minute, de façon automatique. Au début, c'est très frustrant de voir tout le monde te doubler. Mais cette technique va rapidement payée.

Je n'ai pas vraiment d'objectifs autre que celui de tenir le plus longtemps possible. Au niveau du rythme, étant des choses simples, 1h par tranche de 10 kms me va bien.

Et effectivement, en marchant aux ravitos, j'ai pu passer les 10 en 1h et les 20 en 2h.

A partir du 20ème, les ennuis commencent: les crampes aux cuisses. N'ayant pas fait de réelle prépa, je paie cette absence relativement tôt donc, mais je serre les dents et croise les doigts car jusque là, aucun signe de la TFL. 

Km 25 : le moment fatidique, le km maudit, au point où je refuse de regarder le panneau :D Mais non, il ne se passe rien, la course continue, avec les crampes mais sans problème spécifique au genou. 

Km 26, 27, 28, 29... toujours rien même si les crampes s'intensifient. C'est également là où je vois que la technique de marcher à chaque ravito paie. En effet, au début, on se fait doubler. Mais arrivée vers ce stade de la course, je ne me fais pas énormément doubler pendant la petite marche et je double d'autres personnes quand je cours (si on oublie les duo et les relais, eux me doublent sans problème :D).

Km 30 : ok, j'y crois, je vais finir cette course. Je le passe lui aussi en 3h. En revanche, le rythme va ensuite commencer à faiblir et je vais marcher un peu plus souvent.

Km 33 : un petit coucou imprévu de mon fiston et de mon mari, çà requinque

Km 35 : un peu plus de 3h30. Là, je réalise que je vais finir et peut-être même faire un meilleur temps que sur le marathon du Mont St Michel. Mon rythme remonte un peu.

Km 39/40: je marche beaucoup, j'en ai marre et fatigue. Mais je me fais violence vers 41 pour courir à nouveau et aller chercher mon meilleur temps sur marathon. Je reprends donc à courir dans la dernière côte (choix judicieux n'est ce pas :D). Puis je vois et j'entends une copine qui a bouclé sa course, et ses encouragements me boostent jusqu'à la fin.

Un troisième marathon d'achevé, avec 10 minutes de moins que le précédent. J'étais partie dans l'idée que je ne finirai pas cette course et que ce serait ma dernière tentative sur de la longue distance et finalement, çà se solde d'une toute autre manière.

J'ai trouvé le parcours très beau, mi-citadin, mi-nature, en bord de mer (j'adore courir en bord de mer bien que je sois pas  adepte des sentiers côtiers :D). Des ravitos plus fréquents je pense, la médaille, le teeshirt, une tasse, un bon pour une galette saucisse (oui on est en Bretagne souvenez-vous...). Mis à part le fait de devoir aller d'abord à l'arrivée pour déposer son vestiaire, rien à redire sur le reste. Le départ se fait au niveau des remparts pour celles et ceux qui connaissent la ville. C'est très joli et peut-être est-ce un peu compliqué d'avoir une navette vestiaire à partir de là.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Ludi_Fit&Run

Maman, salariée, runneuse expérimentale avec l'espoir de devenir une ultra-runneuse et une auteure à cette fin.
Voir le profil de Ludi_Fit&Run sur le portail Overblog

Commenter cet article